Envisager d’entreprendre en créant une société EURL

creer-une-societe-eurl

Les options pour une entreprise unipersonnelle : l’attrait de l’eurl pour les entrepreneurs

Avant de monter sa propre entreprise, il y a quelques questions à se poser. La première chose à faire est de choisir une forme juridique adaptée.On a alors le choix entre deux possibilités. L’entrepreneur peut choisir de travailler en son nom avec une entreprise individuelle.Ou alors il décide de créer une personne morale en montant une société unipersonnelle. Cette solution a l’avantage de dissocier entièrement le patrimoine personnel de l’activité professionnelle.

Les solutions pour travailler à son compte : la création d’une eurl ou d’une SASU

Le choix du statut juridique d’une nouvelle entreprise est une décision stratégique. L’entrepreneur a le choix entre une SASU et une EURL.Il y a quelques différences entre une Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée et une Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle. La principale porte sur le régime social.Le dirigeant d’une EURL est en effet considéré comme un Travailleur Non Salarié (TNS) alors que le gérant d’une SASU est une personne assimilée salariée.Ces différences ont des conséquences logiques sur les charges sociales associées à la rémunération. De même, la performance de la protection sociale et la gestion administrative de la paie se distinguent.En clair, la rémunération sera plus élevée avec une EURL, mais la protection sociale sera de meilleure qualité avec une SASU.La fiscalité varie également en fonction de la forme juridique choisie. Une EURL a le choix de soumettre ses bénéfices à l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés (IS).Une SASU n’a pas ce choix et est assujettie obligatoirement à l’IS. Elle bénéficie cependant des avantages y étant liés pendant une durée de 5 ans.

La forme juridique EURL : le point complet sur ses forces et faiblesses

Le gros avantage d’une EURL est de protéger son patrimoine personnel car la responsabilité est limitée aux apports versés. Leur montant est fixé librement par l’entrepreneur.Grâce à cette forme juridique, on peut choisir son mode d’imposition. L’IS notamment séduit les entrepreneurs lourdement imposés à la recherche d’une optimisation fiscale.Le régime social peut lui aussi bénéficier d’une optimisation car les cotisations sociales ne sont pas définies sur la base des bénéfices mais en fonction des rémunérations versées.La gestion d’une EURL est simplifiée, en comparaison avec une SARL qui est identique en tous points à l’exception du nombre d’associés.Les PV d’assemblée et les rapports de gestion ne sont en effet pas nécessaires. Et si on vient à augmenter le nombre d’associés, la bascule vers une SARL est très simple.Il existe néanmoins quelques inconvénients notamment sur la dite responsabilité limitée. Dans les faits, les entrepreneurs souscrivent souvent à un crédit qui requiert des garanties personnelles et implique par conséquent le patrimoine personnel.L’EURL est freinée par un fonctionnement lourd, elle ne bénéficie en effet pas des obligations comptables simplifiées ni du régime micro-social.Les cotisations sociales, dans le cas d’une création EURL soumise à l’IS, seront déterminées sur la quote-part des dividendes versés excédant 10% du montant incluant le capital social, les primes d’émission et les sommes versées en compte courant.Avant de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale, il faut donc soigneusement réfléchir au choix de la forme juridique à adopter.